Historique

Mon parcours​
 

Après une enfance passée à la ferme, un apprentissage de cuisinière et une seconde formation en pâtisserie-confiserie, j’ai travaillé quelques années dans le restaurant d’un hôtel renommé.
 

A la naissance de mon premier enfant, la vie de famille étant peu compatible avec les horaires de la restauration, j’ai cessé mon activité professionnelle.
 

Afin de ne pas complètement m’isoler, j'ai repris le flambeau de mes parents, j’ai donc commencé mon activité sur les marchés, en vendant les fruits et légumes du domaine familial. Pour ne pas laisser perdre les fruits invendus, j’en faisais des confitures que je vendais également. Petit-à-petit, mes clients m’ont demandé d’autres parfums, ainsi que plus de quantité. J’ai donc arrêté les légumes pour me spécialiser dans les confitures, le jus de pommes, le vin cuit et les sirops.

Je pensais avoir trouvé un bon compromis entre la famille et mon petit travail. La confection se faisait à la maison. Il ne m’était pas trop difficile de m’absenter deux fois par semaine pour aller vendre mes produits au marché, car mes trois enfants étaient entourés de leur papa et des grands parents.

Par la suite, afin de remplir pleinement les normes d'hygiène, nous avons  acquis un nouveau local à Puidoux dans lequel une cuisine professionnelle a été installée, ainsi qu'une place de stockage.

N 1nbjlb

Les marchés

 

Il faut remonter à plus d’un siècle pour retrouver les débuts de notre famille sur les marchés.

En effet, mon arrière-grand-père a remis son domaine agricole assez vite à ses enfants afin de se consacrer uniquement à la vente de fruits et légumes sur différents marchés. Il allait, avec son cheval et sa cariole à Vevey, Montreux, ainsi qu’à Château d’Oex. Mes grands-parents, ainsi que mes parents, reprirent la suite. Donc, baignée là-dedans depuis mon jeune âge, j’ai repris le flambeau.

La Fête des Vignerons de 2019, et le déplacement du marché de Vevey à la Tour-de-Peilz pour une année, on été le déclancheur pour proposé mes produits dans des magasins revendeur et des épiceries fine , et ainsi j'ai arrêté les Marchés hebdomadaire.

La ferme « Le Daley »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autrefois, en plus de la ferme, ce grand bâtiment était une pension, un lieu de vacances et était tenu par Madame et Monsieur Grandchamp. En février 1949, un incendie détruisit l’habitation et le rural. Monsieur Grandchamp, alors syndic de Puidoux, rongé par sa culpabilité et envahi par la maladie, décéda une année plus tard. Madame Marthe Grandchamp, dite « la Marraine » fit de son mieux pour continuer ce qu’elle avait commencé avec son mari. Elle engagea mon grand-père pour les travaux de reconstruction ainsi que pour lui aider sur le domaine en tant que fermier.

 

En 1971, mon grand-père acheta la ferme à Madame Grandchamp. De ce fait, la pension s’arrêta. En 1986, mon papa reprit l’exploitation en fermage jusqu’au décès de mon grand-papa en 2000. C’est à ce moment-là qu’il racheta les parts de ses quatre sœurs. En 2002, il fit construire une nouvelle écurie plus moderne et plus fonctionnelle.

 

En 2010, il remit son exploitation en fermage à l’une de mes sœurs qui devint propriétaire en 2011.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now